Make your own free website on Tripod.com

Téléphone


Cendrillon

Cendrillon pour ses vingt ans
Est la plus jolie des enfants
Son bel amant, le prince charmant
La prend sur son cheval blanc
Elle oublie le temps
Dans son palais d'argent
Pour ne pas voir qu'un nouveau jour se lève
Elle ferme les yeux et dans ses rêves
Elle part, jolie petite histoire ( bis )

Cendrillon pour ses trente ans
Est la plus triste des mamans
Son bel amant a foutu l'camp
Avec la belle au bois dormant
Elle a vu cent chevaux blanc
Loin d'elle emmener ses enfants
Elle commence à boire
A traîner dans les bars
Emmitouflée dans son cafard
Maintenant elle fait le trottoir
Elle part, jolie petite histoire ( bis )

Dis ans de cette vie ont suffit
A la changer en junkie
Et dans un sommeil infini
Cendrillon voit finir sa vie
Les lumières dansent
Dans son ambulance
Mais elle tue sa dernière chance
Tout ça n'a plus d'importance
Elle part
Fin de l'histoire

Notre père qui êtes si vieux
As-tu vraiment fais de ton mieux
Car sur la terre et dans les cieux
Tes anges n'aiment pas devenir vieux


Crache ton venin

Ecoute! Tu es le long, long serpent
Tortueux et vicieux
Tu siffles au fond d'un monde creux
Qui t'empêche d'oser
Prisonnier de ce trop vieux panier
Tes barreaux sont d'osier
Et tu peux t'en tirer
Doucement onduler
Ta prison est en toi
Le poison est en toi

Allez crache ton venin, crache ton venin
Crache ton venin crache ton venin
Mais donne-moi la main
Tu verras ce sera bien, enfin

Tu es une panthère dedans
Tu es seule maintenant
Mais il te faut chasser pour être rassasiée
Dans ta gueule, des poignards
Taquinent tes mâchoires
Et dans tes yeux l'espoir
Allume un feu tout noir, tout noir
Alors reste là, et attends moi
Bientôt c'est le moment

Fais toi les dents, fais toi les dents
Fais toi les dents, fais toi les dents
Maintenant!
Attention! En y mordant dedans
Tu te tâches de sang, pourtant...

Tu pleures?
Tu pleures tu n'as plus faim, tu regardes des mains
Tu pleures tu n'as plus faim, tu regardes deux mains
On ne mange pas sans se tâcher
Tu es un homme maintenant tu sais
Pourquoi toujours, pourquoi toujours
Pourquoi toujours mordre la main
Qui se tend vers ta main

Allez crache ton venin, crache ton venin
Je dis crache ton venin
Allez crache ton venin
Crache! crache!
Crache! crache ton venin
Crache! crache! ( bis )
Crache ton venin
Crache! crache! ( bis )
Crache ton venin
Crache! crache! ( ter )
Crache! Crache! ( ter )
Mais donne-moi la main
Tu verras ce sera bien
Enfin, enfin...


Le jour s'est levé

Le jour s'est levé
Sur une étrange idée
Je crois que j'ai rêvé
Que ce soir je mourrais
Le jour s'est levé
Plein de perplexité
Si ce n'était pas un rêve
Qu'il faille s'en aller
S 'en aller

Comme le jour avançait
En moi je pensais
Si ce n'était pas un rêve
J'ai tout à aimer
Quand le jour s'est couché
J'ai réalisé
Que ce n'était qu'une trêve
Dans ma réalité
Nous sommes ici pour croire
Rien d'autre à laisser croire
Croire que l'on meurt ce soir
Pour qui veux bien voir

Le voile est levé
Sur ma pauvreté
Qu'ai-je donc à garder
Qui ne sera sofflé
Oui, le voile est levé
Tout est si coloré
Qu'ai-je donc à donner
Que la nuit m'a soufflé
Nous sommes ici pour croire
Rien d'autre à laisser croire
Croire que l'on meurt ce soir
Et qu'il est déjà tard

Déjà tard
Mais pas trop tard
A toi de voir
A toi de croire

Le jour s'est levé
Sur cette étrange idée
La vie n'est qu'une journée
Et la mort qu'une nuit
La vie n'est ajournée
Que si la mort lui nuit


Oubli ça

Je crois que tu te fais mal
Je crois que t'es un peu pâle
Tu sais ce que ça fait
Tu es toujours refait, après
Tu sais ce que ça fait
Et puis tu le refais..
Tu le refais

Oubli ça
Comme on let's face the daylight,
Oubli ça
It's gonna be all right,
Oubli ça
Tu sais ce qu'elle te fait
Tu te sent tout défait
Tu sais ce qu'elle te fait
Et puis tu le refais..
tu le refais

Oubli ça
Oubli ça

Tu marches dans les rues
Tu marches sans être vu
Tu n'a plus rien à perdre
Non, tu n'as que le manque à gagner

Oublie la, allez viens!
Je sens que tu te sent seul,
Oubli ça
Tu sais tu n'es pas tout seul
Oubli ça
Tu marches dans les rues
On n'te reconnaît plus
Tu n'a plus rien à perdre
Tu n'as..
Que le manque à gagner

Tu sais ce que ça fait
Tu te sent tout défait
Tu sais ce que ca fait
Et puis tu le refais
Tu sais ce qu'elle te fait
Tu te sens tout effet
Tu sais ce qu'elle te fait
Et puis tu le refais
Tu le refais, tu le refais, tu le refais


Dure Limite

Est-ce l'envie
Où est-ce ton corps
Est-ce notre vie
Qui fait que ca dure encore

Est-ce ton bonheur
Où est-ce mon honneur
Qui me tient prisonnier
Ou qui me fait geôlier

Est-ce l'habitude
Toujours la même attitude
Le vide de chaque jour
Ou le manque d'amour

Est-ce l'amour,
Etrange amour
Est-ce la douceur
De tes caresses, mon coeur

Une dure limite, un mur d'amour
Dure limite, amour pas mûr
Pas mûr, pas mûr

Mur, tessons de bouteilles
Grilles et chiens qui veillent
Chacun sur ses gardes, qui monte la garde
Les frontières, échecs d'hier
Les autres terres, tout nos cimetières

Une dure limite, un mur d'amour
Dure limite, amour pas mûr
Pas mûr, pas mûr

Dure limite, mur d'amour
Dure limite, amour pas mûr
Pas mûr ( bis ) pas mûr ( bis )

Et le mur de Berlin n'a pas, n'a pas de fin
Non le mur de Berlin, t'en a un, j'en ai un
Il coupe la terre en deux, comme une grosse pomme
Il coupe ta tête en deux, comme la première pomme, un peu
Il coupe ta tête en deux
Et te fais femme ou homme, si tu veux
Il serpente entre deux terres
Et te fais faire toutes les guerres, toutes les guerres

Une dure limite, un mur d'amour
Une dure limite
Moeurs d'amour, moeurs d'amour
Une dure, dure, dure limite ( ter )
Dure limite


Loin de toi (un peu trop loin)

Un peu trop loin
De toi pour être bien
Et trop de liens
Pour aller bien loin
Si j'ai besoin de rester seul, enfermé
C'est que je cherche quelque part à retrouver
Une idée franche qui ne coupe plus
En tranches, la vie, à coups
De sous-entendus

Un peu trop loin
De toi pour être bien
Et trop de liens
Pour aller bien loin
Si j'ai besoin d'aller fouiner tout à coup
Dans les rues sombres où attendent les loups-garous
Pas de choix, j'irai jusqu'au bout

Me disperser en millions de milliers
Si j'ai besoin de te téléphoner
A midi à minuit je veux te retrouver
Ce que tu m'a manqué, tu m'as manqué
Mes escapades, mes dérobades
M'ont encore déchiré

Un peu trop près
Un peu trop distrait
Et trop d'attrait
Pour ce que je fais
Moitié ouverte, moitié fermée
Ma double vie m'oblige a osciller
Ma double vie m'oblige à oublier
Les verres de contact qu'on veut me poser

Un peu trop loin
De toi pour être bien
Et trop de liens
Pour aller bien loin
Un peu trop loin
De toi pour être bien
Et trop de liens
Pour aller bien!
visiteurs pour cette page depuis le 21/09/97